Archives de Tag: énergie

Leitmotiv 2016 : Osons osez osent !

Par défaut

2016, lu à l’envers, devient la joie. Joli programme !

2016 joie

La joie peut provenir de pleins de choses. D’être en bonne santé, d’être entouré de ceux qu’on aime, de déguster une part de frangipane… (c’est de saison !)
Il y a aussi la joie d’être pleinement soi et de vivre la vie qu’on veut, du genre qui donne envie de se lever le matin… Mais pour ça, il faut oser !

Un jour, dans un centre bouddhiste, un lama m’a dit
« C’est en se plantant qu’on pousse »
À méditer 😉

Oser…
Être vraiment soi-même. Enfin ! Ne plus (trop) se préoccuper de ce que les autres peuvent penser ou dire de nous. L’avez-vous remarqué ? Quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, quels que soient les vêtements que l’on porte, on ne fera pas l’unanimité. On trouvera toujours quelqu’un que cela surprend, choque, interpelle, blesse. On doit faire le deuil du fantasme selon lequel on voudrait plaire à tout le monde…
Alors autant ne plus se prendre la tête pour quelque chose qu’on n’arrivera jamais à contrôler ! Laissons libre cours à notre personnalité (tout en respectant les autres), à notre créativité et à notre enthousiasme !

oseYannick Noah a dit « Ose, redonne à ta vie sa vraie valeur »

Oser…
Vivre nos relations de manière authentiques. Dire les choses, les sympas comme les moins sympas (mais avec des mots doux ?), sans avoir peur de décevoir, d’être jugé, d’être moins aimé. Être honnête, être pleinement soi-même, sans chichi ni masque.
« Un ami, c’est quelqu’un qui me connait bien mais qui m’aime quand même ». J’aime bien cette phrase !

Oser…
Dire les choses vraiment : oser dire non, dire oui, dire je sais pas, dire merde. Oser dire tu m’as blessé, tu m’as fait de la peine, je te pardonne, je t’aime.

Oser…
Prendre soin de soi. Parce qu’on le vaut bien et qu’on peut être fier de qui on est ! Et puis si nous ne prenons pas soin de nous, qui le fera à notre place ?

Oser…
Prendre des risques !
Et c’est là que je souhaiterai partager avec vous cette excellente vidéo : comment oser sortir de notre zone de confort pour donner vie à nos rêves ? Elle est super bien faite, donne la pêche et pas mal d’idées 😉
Elle résume surtout tous les obstacles qui surviennent sur le chemin de nos rêves : la peur de l’échec, le regard des autres, les commentaires décourageants, le manque de confiance en soi, la peur d’avoir honte, la peur de se mettre dans le pétrin… Et pourtant, si on ne fait pas le premier pas, on arrivera jamais à destination 🙂
zoneconfort

 

Publicités

La leçon des arbres

Par défaut

IMG_1520  IMG_1440

On aurait sans doute mille explications rationnelles et concrètes pour expliquer pourquoi nous vivons dans une société où la compétition prédomine. Pourquoi on se doit d’être plus beau qu’Untel, de réussir mieux que Machin, d’avoir un tableau de chasse plus fourni que Truc. Bien étrange… On cherche à s’élever davantage que les autres, à avoir toute la lumière sur soi, rien que pour soi, à exister au-dessus du monde. C’est vrai qu’on est nombreux. C’est vrai aussi qu’il faut « faire sa place au soleil » (expression intéressante !).

Les arbres eux, ne choisissent pas leur « place au soleil » : ils naissent avec. Ils peuvent bien se contorsionner un peu pour gagner quelques centimètres à droite ou à gauche, mais globalement, ils restent plantés là où ils sont nés. Il y en a des grands, des petits, des gros, des maigres, des feuillus, des pelés, des colorés, des plus ternes… Comme les humains.
Sauf qu’un arbre n’aura jamais l’idée qu’il est « moins bien » que l’arbre d’à côté. Il est, un point c’est tout. Il reste lui-même, stable, à chercher la lumière tout en puisant de l’eau à travers ses racines. L’arbre, c’est une métaphore spirituelle à tous les coins de rue.

En pratiques énergétiques, on dit souvent que l’on peut « utiliser » un arbre pour dévier une force négative. En lui demandant son autorisation, bien sûr. Et apparemment, l’arbre répond souvent « oui » : il est tellement stable, tellement ancré, qu’aucune énergie puante, chargée de haine, ne pourra le déstabiliser. Et si on prenait exemple sur lui ? A méditer ce week-end…

Défi du jour (si vous l’acceptez) :

Faites des câlins aux arbres, vous passez vous un drôle d’écolo cucul la praline mais ça vaut le coup : on ressent véritablement leur énergie, leur sève… Ou bien connectez-vous à eux à distance, en mode platonique, et recevez leur soutien indéfectible.

IMG_1443

Fleurs de Bach : la potion magique !

Par défaut

IMG_2203

Histoire d’un drôle de médecin champêtre

Fleurs de Bach… Ca sonne champêtre, bucolique et musical… On imagine aisément un petit air guilleret joué dans une prairie de pâquerettes. Pourtant, les Fleurs de Bach ont été créées par le Docteur Edward Bach, un British né en 1886. Un médecin généraliste, chirurgien, bactériologiste et homéopathe, qui a découvert pas moins de 7 vaccins homéopathiques au cours de sa carrière. Un truc un peu sérieux quoi.

Bach est un médecin pas tout à fait comme les autres : il ne traite pas seulement les symptômes, mais se met aussi en recherche de leurs causes et de leurs origines. Au lieu de se contenter de mettre un pansement sur le bobo du genou écorché, il cherche à comprendre pourquoi on est tombé de vélo… Pour que la chute ne se reproduise plus.
L’idée de sa démarche est aussi de rechercher un bien-être mental et des remèdes n’induisant aucun effet secondaire. En gros, un type qui a de l’ambition…

Fleurs de Bach : gouttes contre émotions fortes

Un beau jour d’été (en fait je ne sais pas, je brode là), Bach promène son chien et est interpellé par une fleur : l’Impatiente (c’est là que l’histoire vraie commence). Très réactive, elle projette ses graines au moindre effleurement : Bach a l’intuition qu’elle pourrait avoir une action apaisante sur certains de ses patients. Il en réalise alors une préparation qu’il va administrer à ses patients: c’est un succès immédiat.

En seulement quelques années (1928 – 1935), Bach va identifier 38 remèdes floraux dont les propriétés bénéfiques aideront à retrouver une harmonie intérieure, psychique et physique. Il met au point une méthode pour capter et préserver leurs principes actifs. Ses 38 essences de fleurs produites selon sa méthode sont connues aujourd’hui sous le nom de « fleurs de Bach ».

Chacun des 38 remèdes découverts par le Dr Bach s’adresse à une caractéristique ou une état émotionnel. Pour sélectionner lesquelles nous correspondent le mieux, il peut être malin d’aller voir un spécialiste. Ou bien de s’interroger soi, en se sondant : dans quel(s) état(s) émotionnel(s) je me trouve aujourd’hui ? Qu’est-ce qui ne va pas, qu’est-ce qui pourrait être amélioré ?

Une fois choisie(s), inutile de boire toute la bouteille d’un coup : on se contentera de 4 gouttes, prises 4 fois par jour en dehors des repas. On peut prendre les gouttes seules, ou bien les diluer dans de l’eau.
Une fois la bouteille terminée, on peut de nouveau faire le point : qu’est-ce qui a changé pour moi ? Ai-je encore besoin d’un coup de pouce ? Si oui, on peut reprendre les fleurs. Et si vraiment rien n’a changé, c’est peut-être qu’une autre solution serait plus efficace pour nous…

Et si c’était placebo ?

Certains détracteurs des Fleurs de Bach mettent en avant le manque de preuves scientifiques concernant l’efficacité de ces plantes pour décrédibiliser leurs actions. Ils évoquent notamment l’effet placebo pour justifier les effets positifs. Et alors, du moment que ça marche ? A chacun de faire sa propre expérience : acheter du Rescue, par exemple, ne coûte pas bien cher. Si ça apporte un soulagement quelconque, placebo ou pas, c’est bel et bien ce que l’on recherche ici 🙂

Rescue : La base de la base

Si vous partiez sur une île déserte, vous emmèneriez quoi ? Du Rescue, définitivement ! Ce petit spray magique est un allié de poids dans toute situation de stress ou de forte émotion : deux petits « pschits » dans la bouche (ou 4 gouttes sur la langue), et ça repart !

IMG_2209