Archives Mensuelles: novembre 2015

La posture de l’arbre, pour s’ancrer

Par défaut

En ce moment, du fait de cette sombre actualité qui tourne en boucle, notre tête a tendance à partir un peu dans tous les sens. Peur, colère, déni, morosité… On ressasse les images, les témoignages, les faits. On analyse, on dissèque, on commente, on compare, on extrapole, on prévoit.
Et le corps dans tout ça ?

La posture de l’Arbre (Vrikshâsana pour les intimes) sert justement à s’ancrer, à revenir à la terre. Déjà parce qu’on « fait » comme l’arbre, qui peut plier mais ne rompt pas (Fluctuat nec Mergitur en quelque sorte… Comme la devise de la ville de Paris). Mais aussi parce que c’est une posture d’équilibre (simple), et qu’elle engage tous les muscles en plus de l’attention : impossible de (trop) réfléchir lorsqu’on pratique l’arbre, sous peine de se vautrer !
Alors pour faire travailler le corps tout en reposant la roue de hamster qui nous sert de cerveau, l’arbre est un allié parfait, même si nous sommes de grands débutants !

Les étapes de la posture

1 / On se place debout, les pieds joints.
2/ On lève le pied droit, qui vient se poser contre la cheville gauche, le mollet gauche ou contre l’aine gauche, en fonction de la souplesse et du niveau de difficulté souhaité.
3 / On place les mains jointes devant le cœur, comme pour dire Namasté.  arbre3

 Comme ça mais avec les yeux ouverts pour éviter de choir

4 / Lorsque l’on se sent stable dans cette position, on peut lever les mains vers le haut, toujours jointes, comme un arbre ferait pousser ses branches vers le ciel.
5 / On maintient la position aussi longtemps qu’on veut (et peut !).
6 / Pour redescendre, on abaisse les mains au niveau du cœur, puis on fait redescendre doucement le pied droit vers le sol, avec contrôle, grâce et style (pas toujours super évident).
Note : avant d’entamer la posture avec le pied gauche, on peut secouer légèrement les jambes pour éviter les fourmillements.
7 / On répète l’exercice avec le pied gauche.

L’astuce pour ne pas tomber : fixer un point au loin, se concentrer. Les pensées s’arrêtent, le temps est suspendu : bé-a-ti-tu-de messieurs dames !

arbre4 Regardez comme cette petite dame est contente ! 😉

Pendant la posture, on se concentre sur la respiration calme et on cherche à ressentir le poids du corps dans le pied qui est resté au sol.
On peut aussi imaginer que de longues racines partent de dessous le pied qui se trouve au sol et rejoignent le centre de la terre… Visualiser un arbre, serein et stable, rassurant… Tout cela amène une sensation d’ancrage et de paix !

Les bienfaits de l’arbre ?

  • La posture augmente le pouvoir de concentration
  • Cette concentration vient nettoyer l’esprit de toutes les pensées, et amène une sensation d’apaisement
  • On travaille l’équilibre
  • On fortifie la musculature des pieds, qui se retrouvent seuls à porter tout le poids du corps
  • La posture est excellente pour stimuler les organes digestifs (une astuce post-réveillon ?)

arbre1

Publicités

Mantra : un truc de hippie ?

Par défaut

Répètes-toi ces mots comme un mantra”. Mantra = phrase sympathique à se répéter pour amener la pensée positive, la « zen attitude », se sortir d’un mauvais pas, stopper les angoisses ? Comme un genre de méthode Coué ? Un truc de hippie qu’on fume avec un joint aux herbes de Provence ? Retour sur un terme fourre-tout !

« Mantra« , c’est un mot composé de deux syllabes : « man », ou la racine du mot « esprit » en sanskrit et « tra », racine du mot « instrument ». Un instrument de l’esprit, qui crée un son dont la vibration nous permet d’entrer en nous-même… et d’explorer ce territoire finalement bien mal connu. C’est un outil du Yoga, qui cherche l’union entre soi et l’Univers ! (lire Yoga : Mot compte triple).

cropped-cropped-vibration-imageUne vibration !

Rendez-vous en terre (très) inconnue : Nous-Même-Land !

Le mantra, c’est avant tout un son, une vibration. La bouche se forme, les cordes vocales se tendent, les poumons se remplissent et… le son s’élève (toutes les explications hautement scientifiques de ce phénomène dans l’article La magie de la musique). Il agit donc sur le corps physique, en détendant le diaphragme, les épaules, le visage, le ventre…
La vibration vient aussi détendre le mental, qui s’arrête de tourner dans sa roue de hamster pendant quelques instants (enfin !) pour se concentrer sur ce son qui monte des profondeurs du corps. Et le côté répétitif de la récitation en boucle du mantra vient « rassurer » : dans une situation stressante, le réciter mentalement ou à voix basse permet de revenir en soi. Comme une berceuse. D’un coup, c’est comme si on avait mis une cape d’invisibilité ! Les circonstances dérangeantes alentour nous paraissent moins menaçantes, moins difficiles à gérer.
Au-delà de la gestion des émotions, le mantra peut venir soutenir la méditation, et ça, y en a franchement besoin (voire l’article La méditation, ce truc horrible…). Il vient donner un support à l’attention et permet de se recentrer dès que l’esprit part à vau-l’eau en vadrouille.

Le mantra est aussi pratiqué dans le but d’élever l’âme, comme la récitation d’un Ave Maria, d’un Notre Père. Sauf que le mantra est souvent plus court : il s’agit d’une phrase ou deux, répétées en boucle.
L’âme s’élève grâce à la vibration, mais également grâce aux paroles du mantra, qui ont une signification profonde et positive, pour ne pas dire divine.  Les mantras sont donc des « chansons à texte » inspirantes ! Ah oui, par contre, petit détail : les mantras venus d’Orient sont en sanskrit ou en tibétain ! Dans les deux cas, il faut bien avouer que le fait de se concentrer sur la prononciation de ces vocables exotiques sollicite légèrement la concentration, qui donc ne peut point partir divaguer du côté de la sempiternelle question : « qu’est-ce qu’on mange ce soiiiiir ? ». Lire La méditation, ce truc horrible…).

arielleArielle Dombasle, dans le film Un indien dans la ville

Tina Turner… Yeah !

Le mantra, c’est vrai que ça fait un peu hippie dans l’inconscient collectif. On revoit tous Arielle Dombasle en mode nunuche dans le film « Un indien dans la ville », qui récite son mantra profond « un cercle est un carré, un carré est un cercle » de manière si inspirée pour faire face aux petits (gros ?) tracas causés par Mimisiku.
Brisons ce stéréotype en découvrant un mantra sanskrit bien connu, Sarvesham, repris par Tina Turner (si si !) !

tinaturner

Voici les paroles originales…

Om Om Om,

Sarvesham Svastir Bhavatu,

Sarvesham Shantir Bhavatu,

Sarvesham Poornam Bhavatu,

Sarvesham Mangalam Bhavatu,

Om, Shanti, Shanti, Shanti.

… et la traduction !

« Om. Puisse le bien-être, la complétude et la tranquillité, le bonheur et la prospérité être réalisés par tous. Paix, paix, paix »
C’est beau non ?